Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ET C'EST PAS FINI

ET C'EST PAS FINI et GUINON en Centrafrique « Les jeunes ne s'intéressent pas à la politique... Ils arrêteront de s'abstenir quand ils vieilliront... »

Qui est Thierry Vackat ?

 Qui est Thierry Vackat ?

Conseiller national représentant de la jeunesse au Conseil National de Transition (CNT), Thierry Vackat est l’un de ces jeunes centrafricains au parcours scolaire ambigüe.

Dis-moi qui tu es, je te dirais qui je suis. Dans ce pays de paradoxe et de records négatifs, il y a des jeunes gens très bouillants mais peu scrupuleux qui utilisent leur jeunesse comme un « fonds de commerce » afin de se frayer un petit chemin. Cette catégorie de jeune centrafricain, il y en a un peu partout dans toutes les institutions de la République.

Au sein de l’Exécutif Centrafricain (Présidence de la République et Primature), il y a des jeunes qui, tant bien que mal, essaient de travailler, parfois dans l’ombre, pour assurer sûrement et fièrement d’ailleurs et ce, en douceur, l’alternance entre deux générations : celle des Oubanguiens et des Centrafricains.

Au sein du Pouvoir judiciaire, il y a aussi des jeunes gens, bien formés, consciencieux, qui remplissent, malgré la conjoncture du moment, leur mission, dans la droiture. Tout comme au sein du Pouvoir législatif aujourd’hui représenté par le Conseil National de Transition (CNT), il y a des jeunes Centrafricains, très compétents – chacun en ce qui le concerne – dans son domaine, qui assurent cette transition en douceur vers l’alternance. Mais bien plus que cela, admettons-le, qu’il y a aussi d’autres jeunes Centrafricains, dont la cécité intellectuelle n’est plus à démontrer mais qui, bénéficiant des concours de circonstance et des parapluies atomiques de telle ou telle personnalité politique, arrivent à occuper des postes pour lesquels, ils n’ont aucune qualification. Et au CNT qui est aujourd’hui dirigé par un ancien jeune loup de la politique Centrafricaine – en l’occurrence Ferdinand Alexandre Nguendet à qui on peut reprocher aussi beaucoup de choses, il y a certains jeunes dont le parcours mériterait d’être élucidé.

A défaut d’un parcours qui n’a rien d’intéressant puisque totalement « vide », dressons quand même le portrait d’un compatriote qui aime le grand bruit – prototype des « tonneaux vides » comme le dit l’adage.

Pour ceux qui savent lire entre les lignes, ils sauront qu’il s’agit bien sûr de Monsieur Thierry Vackat , Conseiller national représentant d’une certaine jeunesse qui ne dit pas son nom.

Qui est Thierry Vackat ?

Conseiller national représentant de la jeunesse au Conseil National de Transition (CNT), Thierry Vackat est l’un de ces jeunes centrafricains au parcours scolaire ambigüe.

Pas intéressant de s’attarder sur le parcours scolaire et universitaire (s’il en a réellement) d’un jeune aussi tonitruant, adepte de la facilité. Voulant se considérer comme une référence intellectuelle en milieu jeune, ces carences en la matière ne sont plus à démontrer tant il a tout dans les muscles et rien dans la tête. Et pourtant, son parcours est à l’image de la République – du moins – celle des princes qui nous gouvernent dont bon nombre n’ont jamais posé leurs « derrières » sur les bancs de l’Université mais sont devenus ce qu’ils sont par cataclysme politique. Naturellement dans ce pays de « paradoxes et de records négatifs » métaphore très chère au défunt Me Zarambaux Assingambi, la progression du Conseiller national Thierry Vackat suit la courbe politique de son pays.

Un pays qui accorde assez d’importance aux médiocres, aux personnes de peu de valeur qui savent très bien faire usage des muscles ou encore mieux du griotisme pour parvenir à leurs fins. La République ayant toujours un œil regardant pour ceux qui ont

le langage de la violence, ceux qui savent s’en prévaloir sont curieusement, les « mieux lotis ». Erreur de vision ou de stratégie ? Personne d’ailleurs ne le démentira vu qu’il est clairement établi dans ce pays que seul le langage des armes ou de la violence, est érigé en mode de gouvernance au niveau politique avec en toile de fond, l’accession de cette catégorie sociale à des postes de responsabilité. Bref, candidat malheureux aux élections législatives de 2011 dans la circonscription électorale de Mongoumba, Thierry Vackat qui a bénéficié dans le passé de l’appui sans cesse renouvelé de sa grande sœur douanière, n’a pu faire mieux dans la métropole et a dû abandonner femme et enfant pour revenir au bercail. Histoire de se battre afin de se frayer un chemin au niveau politique.

De retour au pays, ce jeune éternel insatisfait, a tenté sans succès de défier Edouard Patrice Ngaïssona à la tête de la Fédération Centrafricaine de Football. Sa candidature a été simplement écartée pour des raisons que seuls Ngaïssona et ses comparses maîtrisent. Des requêtes adressées au Tribunal arbitral de Sports et à la CNOSCA à cet effet sont restées lettres mortes. Après le coup d’Etat de la Seleka en mars 2013 contre l’ancien président François Bozizé, par la méthode de cooptation, Thierry Vackat, « coursier » à l’époque du ministre d’Etat à la Communication Christophe Gazambetty, se retrouvera au CNT, au nom d’une certaine jeunesse. Tantôt proche de Crépin Mboli-Goumba, ce jeune à la réputation sulfureuse, mange dans tous les plats. Son but, appartenir vaille que vaille au cercle très refermé d’une élite centrafricaine. Son arme fatale, le griotisme et la traîtrise. Pourvu que cela permette de côtoyer les « grands » noms de la politique Centrafricaine même en tant que garçon de course.

Peu importe ce que certains peuvent penser, l’essentiel, c’est de gagner les subsides des « grands frères » et continuer à « balayer » la table sinon les tables des faiseurs de roi ou de reine de la République. C’est en cela que Thierry Vackat, a trahi Christophe Gazambetty avec

qui, il a quelque peu rompu les relations depuis qu’il a été viré du

gouvernement par son ancien allié Michel Djotodia. Aujourd’hui, Christophe Gazambetty, dit-on dans son entourage, l’attend au tournant – histoire de lui régler ses comptes.

De coq à l’âne, le voici aujourd’hui « grand griot » devant l’Eternel de la Présidente de la Transition, Cathérine Samba-Panza, en très mauvaise posture depuis l’éclatement de l’angolagate. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Thierry Vackat qui ne lorgnait que de telles occasions pour prêter ses « services », saute sur l’opportunité avec en toile de fond, une envie de profiter au maximum de cette angolagate. C’est ainsi que son nom a été cité par le site kangbi-ndara.com parmi les « traîtres » du Conseil National de Transition qui ont reçu de l’Exécutif Centrafricain des « enveloppes » pour infléchir la position des Conseillers nationaux qui voulaient que toute la lumière soit faite sur cette affaire de don angolais. Peine perdue, le vers est déjà dans le fruit.

Dans une Lettre qu’il a fait parvenir aux Conseillers nationaux Habiba Kambiri, Thierry Vackat et Fernand Mandé-Djapou après la démission de Michel Djotodia en janvier 2014, un compatriote jeune, Sergio Junior Akra Mescheba priait les représentants de la jeunesse centrafricaine au CNT de s’opposer par leurs choix du futur président à « toutes ces manœuvres, et de voter utile » en utilisant leurs « fibres intrinsèques, (et en faisant) fi de toutes ces manigances politiciennes qui viendront leur « faire des propositions alléchantes, car demain, si notre pays devrait replonger dans le chaos, ce serait déplorable de leur en attribuer la responsabilité ». Hélas, le griotisme a la peau dure en Centrafrique. Et en attendant que les uns et les autres puissent comprendre la tactique d’un Thierry Vackat aussi sulfureux que vicieux, qui cherche toujours à plaire en se complaisant dans des « battles louches », c’est l’image de la jeunesse centrafricaine qui est ainsi écorchée par l’envie démesurée d’un plus bas que rien qui reste somme toute l’autre. Suivez mon regard. Et comme le jour fini ntoujours par se lever, tel un margouillat qui chute d’une branche, patatras, la vraie nature de l'homme finira par paraître.

Aïcha Yérim

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article