Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ET C'EST PAS FINI

ET C'EST PAS FINI et GUINON en Centrafrique « Les jeunes ne s'intéressent pas à la politique... Ils arrêteront de s'abstenir quand ils vieilliront... »

Une opération de protection des musulmans s'est tournée au drame

Une opération de protection des musulmans s'est tournée au drame

Bangui, 17 novembre 2014(RJDH)—Alors que la police nationale intervenait pour protéger des musulmans au Bureau d’Affaitement Routier en Centrafrique (BARC) contre une foule hostile, des ex-Séléka cantonnés au BEAL et BSS ont tiré dans la foule. Des policiers seraient pris à partie le dimanche 16 novembre lors de ces évènements.

L’événement a eu lieu entre 16 heures et 17 heures quand des sujets musulmans, au nombre de 28 sont arrivés en provenance de Kaga-Bandoro dans une escorte de la Minusca. Leur présence a été remarquée par des gens et la tension était vite remontée. Pour les protéger, le Directeur Général du BARC aurait demandé à la police nationale d’intervenir rapidement.

« Nous avons été alertés par le Directeur Général du BARC pour assurer la protection de ces musulmans. Notre travail était impartial et ce n’est pas la première fois de mener ce genre de mission de protection. Nous avons été pris à partie, mais nous avons fait de notre mieux pour mener à bien notre mission », a fait savoir une source policière.
Entre temps, avant l’arrivée des policiers, les 28 musulmans étaient sous la protection des cinq autres policiers, détachés au service d’identification du BARC.
Ayant été informés, des ex-Séléka cantonnés du camp BEAL et ceux de la BSS ont fait irruption au BARC, dans l’intention de récupérer les 28 musulmans. C’est là que l’échange de tirs a commencé, selon un témoin de la scène.

« J’étais à l’intérieur du BARC en train de vendre mes marchandises. Un véhicule de la police arrivé en grande vitesse et des ex Séléka du BSS aussi venaient de l’autre côté. Nous étions au milieu, les gens commençaient à se paniquer. En ce moment là, l’orchestre CANON STAR jouait au premier étage du bâtiment. Lorsque des tirs ont commencé, j’ai vu des gens qui ont reçu des balles, tombés et se sont font marcher dessus. Quand les policiers sont repartis avec les musulmans, les ex Séléka ont procédé au pillage des buvettes et ont saccagé des cafeteria », a expliqué un vendeur au BARC, témoin de l’incident.
Selon des sources hospitalières, une personne a été tuée, trois ex-Séléka ont été grièvement blessés et quelques policiers ont reçu également des balles et des projectiles.
Dans la soirée du dimanche, les 28 musulmans embarqués à la gendarmerie nationale par la police, pour des questions de sécurité, ont été ramenés au km5 par la Minusca. Selon des sources du camp BEAL, ces musulmans sont des ex Séléka. Ils seraient venus de Kaga-Bandoro pour rejoindre leurs frères d'armes afin d'être pris en charge par le gouvernement.

Le RJDH a tenté sans succès d'entrer en contact avec la Minusca pour sa version des faits.
Ce matin, le calme est revenu dans les secteurs des 200 villas et des 36 villas où se trouvent le camp BEAL, le BSS et le BARC. /Rosmon Zokoue


Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article